Posted by on 18 mai 2018

Se faire une tisane nous paraît un geste très anodin aujourd’hui, mais savez-vous vraiment comment préparer une tisane dans les règles de l’art ? Les herboristes et phytothérapeutes préfèrent d’ailleurs le terme de macération, d’infusion ou de décoction pour le distinguer d’autres modes de préparation de plantes dans de l’eau que nous verrons plus loin.

Je me posais plein de questions sur la bonne eau, la bonne température, le type de matériau à utiliser, l’utilisation de plantes séchées ou fraîches, alors je vous ai résumé le résultat de mes recherches dans ce petit article qui je l’espère vous fera passer du statut d’intermittent de la tisane à celui d’artiste de l’infusion !

Explorez avec moi :

Les bienfaits de la tisane

Qu’est-ce qu’une tisane ? C’est une boisson obtenue par macération, infusion ou décoction dans l’eau de plantes ayant souvent des vertus médicinales. Voici un peu plus de précisions sur ces trois méthodes :

  • la macération : on laisse tremper les plantes, généralement fraîches, dans de l’eau froide, pour la parfumer
  • l’infusion : on laisse tremper les plantes, fraîches ou séchées, dans de l’eau frémissante hors du feu pendant plusieurs minutes.
  • la décoction : on fait cuire les plantes, généralement les graines, tiges ou racines, dans de l’eau bouillante pendant plusieurs minutes.

Laissons de coté la macération et la décoction (cette dernière étant utilisée uniquement pour des préparations médicinales) et focalisons-nous sur l’infusion.

L’infusion est pour les herboristes le niveau 1 d’efficacité de la plante. Pour comparer, une teinture-mère est 10 fois plus puissante et une huile essentielle 100 fois. Vous obtiendrez déjà de bons résultats avec une infusion de plantes sur des maux du quotidien tels que troubles intestinaux, fatigue, insomnie, nervosité ou encore mal de gorge.

En plus des propriétés médicinales des plantes que vous allez faire infuser, la tisane permet d’hydrater votre corps et procure bien-être et plaisir à la consommation. C’est un plaisir qui stimule de nombreux sens, pas seulement le goût : le toucher avec la chaleur de la tasse, l’odeur avec le fumet de la tisane, la vue avec les couleurs que prend l’infusion (parfois même bleu quand on ajoute de la mauve par exemple !), et le goût bien sûr.

La tisane est une manière économique de se soigner en douceur, et vous pouvez même cueillir votre propre médicament, qui devient alors gratuit ! Enfin, dès la première tasse vous pourrez déjà commencer à ressentir les bienfaits de la tisane, selon les plantes que vous avez choisies.

Les ingrédients pour la tisane

Il faut 2 ingrédients pour la tisane : les plantes et l’eau. Mais ne pensez pas que l’eau est accessoire dans la tisane, c’est un composant absolument essentiel car de la qualité de l’eau dépendra la qualité de votre infusion. En effet elle est le solvant des principes actifs des plantes que vous aurez choisies pour votre infusion.

L’eau

Choisissez de préférence une eau pauvre en calcium (peu calcaire) et pauvre en minéraux de manière générale. L’eau de robinet, surtout si elle est adoucie, n’est pas un mauvais choix, mais bien sûr, rien ne vaut l’eau de source fraîchement puisée au ruisseau – bon si tu habites en ville, bah, c’est raté 🙂

L’eau doit bouillir quand vous la versez sur vos plantes et recouvrez bien le pot ou la théière pendant l’infusion. C’est différent du thé pour ceux qui connaissent l’art du thé, car celui-ci ne s’accommode pas bien d’une eau bouillante. Ici, on vise l’efficacité avant tout !

Les plantes

La plupart des plantes conservent bien leurs propriétés médicinales une fois séchées, mais si vous recherchez avant tout l’arôme, alors rien ne vaut la plante fraîche !

Voici les proportions que l’on recommande pour 250ml d’eau bouillante :

  • plantes fraîches – 6g ou 2 cuillères à café
  • plantes sèches – 3g ou 1 cuillère à café

Selon les plantes vous n’utiliserez pas la même partie de la plante :

  • pour les fleurs et les feuilles, on recommande un temps d’infusion de 3-10 minutes en fonction de la fragilité et de la concentration en principes actifs
  • pour les racines, les tiges et les graines, la décoction est recommandée pour une visée médicinale mais tout à fait acceptable en infusion pour le bien-être et le goût.
  • en cas de mélange de différentes parties des plantes, par exemple une tisane de fleurs de camomille avec de la racine de bardane, faites d’abord une décoction, puis terminez par une infusion.

La plante doit être coupée le plus finement possible afin d’augmenter la surface de contact avec l’eau. Pour les feuilles, fleurs et tiges, hachez au couteau ou avec un petit ciseau.

Les outils pour préparer une bonne infusion

L’idéal est un récipient type théière en verre, en porcelaine ou en grès, avec placement des plantes par le haut, en raison du mouvement circulatoire de la chaleur. Une tasse dans l’une de ces matières est aussi un bon endroit pour faire infuser, mais pensez au couvercle.

Il faut absolument éviter les récipients en fer, aluminium ou tout autre métal autre que l’inox. C’est surtout vrai si la plante contient des tanins.

Pour les plantes très fragiles, comme la mélisse par exemple, on peut commencer l’infusion à froid et faire chauffer le mélange au fur et à mesure.

Voilà vous êtes prêt(e) à vous lancer dans des tisanes de pro ! Quelle est votre tisane préférée ?

 

En savoir plus

Voici quelques idées de recettes de tisane :

Et si vous voulez venir cueillir des plantes à tisane en région bruxelloise, rejoignez notre marche comestible le 27 mai : il reste encore quelques places !

 

 

Comments

Be the first to comment.

Leave a Reply

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!