Les grandes traditions médicinales font toute une part belle à une ou plusieurs plantes pour les femmes, dont les bienfaits ne se limitent pas à l’un ou l’autre trouble mais qui agit de manière holistique pour rééquilibrer le cycle hormonal ou pour préparer la femme à passer un cap essentiel dans sa féminité.

Le but de cet article est de vous parler du cycle hormonal pour mieux le comprendre et de présenter les plantes des femmes les plus efficaces, ainsi que leurs usages principaux. Il n’aborde pas les posologies précises ni des recettes toutes faites car chaque recette doit être adaptée à la personne.

Le sujet étant très vaste, il ne m’est pas possible d’aborder toutes les problématiques de la féminité au naturel. Pour cela je vous renvoie à des ouvrages de référence, en particulier le très bon Femme essentielle d’Aude Maillard (voir ma critique du livre).

Je serai heureuse de répondre à vos questions ou d’échanger avec vous en commentaire, ou sur Instagram ou Facebook.

Le cycle hormonal de la femme : décryptage

On parle en fait plutôt des hormones du cycle menstruel, et celles qui m’intéressent plus particulièrement sont l’oestrogène et la progestérone. Pourquoi ? Car les plantes contiennent elles aussi des sortes d’hormones, on les appelle des phytohormones. Certaines de ces phytohormones interagissent avec notre système endocrinien, celui qui contrôle la production des hormones dans notre corps, et en particulier avec – vous l’aurez deviné – l’oestrogène et la progestérone.

Dans le diagramme ci-dessus je vous décris le cycle menstruel et les quatre phases dans lesquels on le découpe traditionnellement (pas forcément selon la médecine moderne, mais plutôt les traditions médicinales ancestrales). A chaque phase il existe des plantes qui peuvent agir pour rééquilibrer les hormones et réduire les symptômes liés à un déséquilibre hormonal. Ces symptômes sont connus de nombreuses femmes et se manifestent avec plus ou moins de force selon les phases du cycle menstruel.

Ce diagramme montre une situation par défaut, quand la femme connectée aux cycles naturels ovule autour de la pleine lune et a ses règles pendant la nouvelle lune. Il se peut aussi pendant la vie d’une femme que ce cycle s’inverse et que la femme ovule pendant la nouvelle lune et ait ses règles pendant la pleine lune : on appelle cela la lune rouge ou noire, et c’est un moment qui coïncide souvent avec une plus grande créativité et connexion avec les éléments.

Ce diagramme parle aussi d’énergie yin et yang, selon la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Sans entrer dans les détails, le yin est associé à l’intériorité, l’humidité et le froid alors que le yang est associé à l’extériorité, au sec et au chaud. Pendant l’ovulation l’énergie yin à son paroxysme (notez que cela correspond aussi à un pic d’oestrogène) bascule vers le yang, puis juste avant les règles (après un pic de progestérone) le yang fait place au yin.

Avec ces quelques informations, vous allez beaucoup mieux comprendre maintenant le classement des plantes médicinales pour la femme que je vous propose et pourquoi elles ont tel ou tel effet.

Les plantes médicinales de la femme

Il ne faut pas confondre les cycles féminins et le cycle menstruel. Les cycles féminins ce sont les grandes phases de la vie d’une femme, en gros :

  • la puberté,
  • la fertilité,
  • la ménopause et
  • l’après-ménopause.
Sauge sclarée

A chacune de ses phases avec des besoins différents correspondent également des plantes différentes par leurs propriétés mais aussi par leur « esprit ». Ainsi la sauge sclarée est LA plante pour les jeunes filles pubères alors qu’une femme mature se dirigera plus facilement vers la sauge officinale, aux effets différents et plus puissante.

L’article se concentre donc sur les plantes qui ont des effets sur le cycle menstruel lui-même, mais également sur les conséquences de la puberté, les troubles de la fertilité et la ménopause.

Les plantes de la femme hormon-like

Parmi les plantes qui « miment » nos hormones ou interagissent avec celles-ci il en existe un certain nombre interagissant avec les glandes génitales. On les notera en gros dans deux catégories : oestrogen-like (OL) et progesteron-like (PL). Je vous présente d’abord les plantes et vous explique ensuite en détail à quoi elles servent.

Attention ! Les plantes oestrogen-like sont à éviter pendant la grossesse et toutes les plantes hormon-like en cas de cancer hormono-dépendant.

Quelques plantes oestrogen-like :

  • la sauge officinale
  • la sauge sclarée
  • le trèfle rouge
  • le shatavari (grande plante de la femme dans la médecine ayurvédique)
  • le houblon
  • cyprès
  • céleri
  • anis étoilé, badiane
  • anis vert
  • fenouil
  • carvi
  • menthe bergamote (connu comme tonique sexuel pour l’homme)

Le shatavari, le fenouil, l’anis vert, l’anis étoilé et le carvi sont aussi galactogènes et stimulent la production de lait de la femme allaitante.

Les plantes oestrogen-like sont à prendre pour lutter contre les symptômes des phases pré-menstruelles et menstruelles, lorsque le taux d’oestrogène dans le corps chute.

Plantes progesterone-like :

Il existe deux types d’action : soit véritable, qui stimulent la production de progestérone, soit secondaire par effet anti-oestrogénique. Dans la premiere catégorie, citons :

  • l’achillée millefeuille
  • l’alchémille
  • la coriandre
  • la sarriette des montagnes
  • le romarin à verbénone
  • l’onagre

Dans la deuxième catégorie, il y a :

  • le gattilier
  • le cumin.

Les plantes progesterone-like sont à prendre dans la phase post-menstruelle et juste avant l’ovulation, lorsque le taux de progestérone est trop bas par rapport au pic d’oestrogène.

Les autres plantes de la femme

Les plantes utiles aux femmes n’ont pas forcément des effets mimant les hormones et agissent par d’autres molécules sur les troubles ressentis.

Citons en particulier :

  • l’armoise (grande plante de la femme dans la pharmacopée chinoise)
  • la matricaire (qui tire son nom de matrix, la matrice)
  • le framboisier, le girofle et le palmarosa, qui ont entre autre une action tonique de l’utérus (à éviter pendant la grossesse, sauf au moment de l’accouchement)
  • l’estragon et le basilic tropical, puissants antispasmodiques
  • la mélisse
  • l’ylang-ylang, le fragonia, la rise de Damas et le néroli, utiles en cas de baisse de la libido ou de frigidité.
Les feuilles de framboisier sont appréciées en tisane pour soulager les douleurs menstruelles

Vous voyez que le choix est vaste. Mais comment s’y retrouver ? Quelle plante choisir pour quel trouble ou quel phase du cycle menstruel ? C’est le sujet de mon chapitre suivant.

Quelle plante pour quel trouble féminin ?

Voici un tableau listant les principaux troubles survenant pendant l’une des phases du cycle menstruel ou à un des moments clés de la vie d’une femme (puberté, ménopause).

3 grandes plantes aux propriétés rééquilibrantes

Il est important de noter que les certaines plantes de la femme dans les traditions médicinales anciennes ont une action rééquilibrante générale, et sont donc un premier choix intéressant si l’on ne sait pas trop vers quelle plante se tourner. Il s’agit de :

Les sauges officinale (Salvia officinalis) et sclarée (Salvia sclarea)

Ce sont les deux plantes de la femme dans la tradition européenne. La sauge officinale présente cependant une certaine toxicité sous forme d’huile essentielle et demande d’être utilisée avec des précautions à forte dose.

Sauge officinale

La sauge officinale est emménagogue (elle régule le flux menstruel) et facilite la circulation sanguine, elle est intéressante en cas d’aménorrhée, de pré-ménopause, de bouffées de chaleur et de forte sudation.

La sauge sclarée, elle, est rééquilibrante de la sphère gynéco-ovarienne (les règles) dans son ensemble, et lutte aussi contre l’aménorrhée et les troubles de la ménopause.

L’armoise commune (Artemisia vulgaris)

Armoise commune

L’armoise commune est souvent prescrite en médecine traditionnelle chinoise pour les troubles féminins. C’est aussi avec l’armoise également qu’on fabrique les bâtonnets de moxibustion.

Elle est emménagogue et permet de traiter les dysménorrhées et les aménorrhées, en augmentant les contractions utérines. Elle apaise également les règles douloureuses.

Le shatavari (Asparagus racemosa)

Connu depuis longtemps médecine ayurvédique, le shatavari fait son apparition chez nos herboristes pour le plus grand bonheur des femmes.

Shatavari

Il atténue le syndrôme prémenstruel et soulage les règles douloureuses. Il stimule la libido et augmente la fertilité aussi bien chez la femme (il agit comme tonique utérin pour éviter les fausses couches) que chez l’homme (en augmentant la production de spermatozoïdes). Il aide contre les bouffées de chaleur et favorise la lactation. Une plante multi-fonction à découvrir donc !

Tableau des troubles et des plantes les plus utilisées

Voici le coeur de l’article : un tableau très pratique dans lequel vous pourrez repérer votre symptôme ou trouble et voir quelles sont les plantes les plus indiquées pour soulager ce trouble. Notez que les effets des plantes sur les troubles féminins sont connus depuis l’Antiquité, testés cliniquement avec de bons résultats, et encore employés par des millions de femmes dans les pays où l’accès aux médicaments est difficile.

A vous cependant de tester et de trouver celle(s) parmi les plantes proposées qui répond à vos besoins. Pour cela, l’aide d’un thérapeute naturel ou d’un médecin qui connaît ces plantes est souvent indispensable.

Trouble féminin Plante
Aménorrhée (règles absentes) sauge sclarée, armoise commune, trèfle rouge, shatavari
Baisse de libido ylang-ylang, fragonia, rose de Damas, shatavari, sauge sclarée
Bouffées de chaleur sauge sclarée, sauge officinale, shatavari
Crampes et douleurs abdominales estragon, basilic tropical, camomille romaine et matricaire
Décongestionnant pelvien Cyprès, hamamélis
Douleurs menstruelles Achillée millefeuille, mélisse, matricaire
Dysménorrhée (dérèglement) alchémille, gattilier, onagre, framboisier
Hyperménorrhée (règles trop abondantes) alchémille, armoise commune
Infertilité gattilier, shatavari
Galactogène (stimule la production de lait) fenouil, shatavari, anis vert, anis étoilé, carvi
Pré-ménopause et ménopause sauge officinale, sauge sclarée
Rééquilibrant framboisier, shatavari, armoise commune
Retour veineux Cyprès, sauge sclarée
Seins douloureux gattilier, palmarosa
Syndrôme prémenstruel (SPM) gattilier, alchémille
Tonique utérin framboisier, girofle, palmarosa

Pour aller plus loin

  • Femme essentielle, Aude Maillard
  • Traité d’aromathérapie scientifique et médicale, Michel Faucon
  • Gynécologie et obstétrique en médecine chinoise, Giovanni Maciocia

J’espère que cet article vous aura plu et appris quelque chose.

Laisser une réponse

forty eight − forty one =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Minimum 4 characters