Je vous ai déjà parlé du Dr Charbel Abi Chahine que j’ai eu la chance d’interviewer l’année dernière, et qui est un des experts mondiaux de l’endobiogénie (pour savoir ce que c’est, allez voir l’interview, c’est passionnant).

Le Dr Abi Chahine m’a fait lire ce texte que j’ai voulu partager ici. Il explique sa vision de la prévention et du traitement contre le nouveau Coronavirus par les plantes et en particulier les huiles essentielles. Des références scientifiques et sa biographie se trouvent en fin d’article.

L’affliction vient à nous, non pas pour nous rendre tristes mais sobres ; non pas pour nous rendre désolés mais sages.

H.G. WELLS

Les Coronavirus

Les coronavirus sont des virus à « couronne » munis d’une enveloppe
virale ayant un génome à ARN (Acide Ribonucléique) et une coque
incroyablement lourde pour un virus à ARN.

Les chauves-souris et les oiseaux, en tant que vertébrés volants à sang
chaud, représentent leurs hôtes idéaux. Ces espèces-réservoir assurent l’évolution et la dissémination des Coronavirus.

Le SARS-CoV (agent pathogène du syndrome respiratoire aigu sévère) et le MERS-CoV (syndrome respiratoire du Moyen-Orient apparu en 2012) font partie de ce groupe de virus ainsi que le SARS-Cov-2 qui en ce moment tue des milliers de personnes dans le monde entier en provoquant une détresse respiratoire majeure.

Le confinement est imposé par les autorités comme le meilleur moyen pour limiter la pandémie. La recherche d’un traitement et/ou d’un vaccin est en plein essor. Ceci prendra encore plusieurs mois d’études et d’essais cliniques.

Souvent, les gens attendent « des miracles » d’un médicament alors que nous savons bien que la maladie nous frappe de l’extérieur vers l’intérieur et que la guérison vient de l’intérieur de l’Homme. Ce qui signifie qu’il faut un investissement personnel pour une guérison où l’être tout entier doit œuvrer et « accepter » de faire ce cheminement.

Cet investissement psychique, cet engagement personnel donne une réelle force à un traitement et multiplie ses effets. Il est difficile pour l’humanité d’accepter qu’un virus invisible à l’œil nu, doté d’une intelligence particulière, arrive à s’adapter et à échapper dans certains cas à notre système immunitaire.

L’Institut belge d’Endobiogénie et de physiologie intégrative (IBEPI), sous la présidence du Dr. Abi Chahine, souhaite participer du mieux possible à aider l’humanité dans la lutte contre ce virus. L’IBEPI est un institut à visée éducative pour les professionnels de la santé. Il s’est joint exceptionnellement à la recherche urgente d’une solution et présente ici la sienne, fruit d’une longue mise en commun de compétences de médecins formés en phyto-aromathérapie et ayant une grande expérience dans ce domaine.

Le soin par les plantes

Aucun vaccin contre le COVID-19 ne sera commercialisé dans les prochains mois. Le moyen le plus efficace et rapidement disponible contre cette pandémie, est l’utilisation de la plante médicinale. Nos ancêtres se sont soignés avec des plantes médicinales et ont utilisé les huiles essentielles comme un moyen thérapeutique très efficace.

Nous savons que les huiles essentielles ont été largement étudiées au XXe siècle et ont fait l’objet de plusieurs publications scientifiques. Il en ressort qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucune résistance bactérienne, virale ou parasitaire à une huile essentielle car une huile essentielle peut être composée de 200 composants différents ou plus. Il est donc impossible de créer une résistance à tous ses composants.

Depuis toujours les firmes pharmaceutiques cherchent leurs inspirations et leurs sources dans les plantes. Les chercheurs pharmaceutiques recherchent à extraire l’élément unique de la plante puis le synthétisent et changent sa structure moléculaire afin d’obtenir un brevet.

Les bactéries et virus peuvent cependant développer des résistances à ces molécules uniques. Il est important de spécifier que la plante médicinale se caractérise par la synergie de tous ses composants d’où sa puissance thérapeutique dans tel ou tel domaine et que près de 70% des médicaments allopathiques commercialisés par les firmes pharmaceutiques sont à base de plantes médicinales (modifiées comme décrit plus haut).

Le soin par les huiles essentielles trouve son origine dans l’Antiquité. On les trouve mentionnées dans les papyrus égyptiens, chez les médecins grecs, dans la civilisation chinoise, dans les formules de la médecine ayurvédique, dans la naturopathie…

Les Egyptiens anciens ont été les premiers à extraire des huiles essentielles

Le chimiste français René-Maurice Gattefossé (1881-1950) a été le père fondateur de l’aromathérapie contemporaine. Des propriétés cicatrisantes, antiseptiques, antibactériennes, antivirales etc. des
huiles essentielles sont décrites et prouvées scientifiquement.

La plus grande avancée de la phytothérapie provient du docteur Jean Valnet (1920-1995) médecin et chirurgien français qui utilisa les huiles essentielles pour soigner les plaies des patients. Ceci montre que la nature a toujours été à nos côtés et peut encore une fois de plus nous sauver.

Quand « l’esprit » de la plante opère dans les cellules humaines, l’effet guérisseur est magique. La médecine classique avec les grands laboratoires pharmaceutiques tentent en vain de mener une guerre contre le coronavirus qui va très probablement durer encore des semaines, sinon des mois, et engendrer malheureusement un très grand nombre de victimes.

Depuis le début du XIXème siècle, les chercheurs essayent de trouver des médicaments pour soigner les maladies. Mais certains de ces médicaments ont même créé de nouvelles maladies. Ainsi des comportements, jadis considérés comme normaux, sont maintenant considérés comme pathologiques et nécessitent une médicalisation. Quel dommage !

Depuis la pandémie à COVID-19, l’IBEPI s’engage du mieux possible en soutenant cette lutte contre le coronavirus. Une formule sous forme de gélules à base de plusieurs huiles essentielles ainsi que des extraits secs de plantes protectrices des poumons et stimulant l’immunité a été réfléchie. Ces gélules sont fabriquées par des pharmaciens belges qui collaborent avec le Dr. Abi Chahine et qui ont une longue expérience en phyto-aromathérapie.

Plusieurs patients et professionnels de santé ont déjà bénéficié de ces gélules montrant des résultats très encourageants. À côté de cette formule, il faut certes garder une bonne hygiène de vie: un régime à épargne pancréatique par exemple (pas de produits laitiers, pas de graisses cuites etc.) afin d’aider l’organisme dans sa lutte contre cet agresseur violent…

L’endobiogénie

La médecine a fait des grands progrès dans plusieurs domaines comme la chirurgie, la génétique etc. mais elle est devenue tellement spécialisée, même sur-spécialisée, qu’elle n’est plus capable de regarder le patient dans sa globalité et dans son unicité pour faire une synthèse. Des protocoles ont été élaborés et commercialisés mondialement. Les médecins trouvent plus facile de suivre un protocole thérapeutique que de faire de grandes synthèses. Nager dans une piscine n’est-il pas moins risqué que de nager dans un océan?

La médecine actuelle traite l’organe malade ou l’enzyme qui dysfonctionne en oubliant que l’être humain est composé de plusieurs systèmes complexes et dynamiques. Ces différents systèmes sont
indépendants et en même temps interdépendants.

L’endobiogénie considère chaque être humain comme unique. Elle prend en considération la notion de dynamisme et d’interrelation des différents systèmes qui nous composent.

TOUTE LA VIE EST UNE NOTION D’ÉQUILIBRE qui s’applique à chaque système, à chaque fonction, organe, tissu, cellule… Toute la vie est une succession d’une infinité de phénomènes physiologiques en perpétuel mouvement: CATABOLISME-ANABOLISME, permettant à l’organisme de maintenir sa structure en état de fonctionnement, de faire face aux agressions exogènes ou endogènes.

Chaque agression entraîne une réponse métabolique qui doit être bien équilibrée dans la quantité et la qualité afin de pouvoir retourner à un nouvel état d’équilibre. La maladie apparaît quand la réponse métabolique (par exemple une inflammation et/ou une
réponse immunitaire) à l’agression est inadaptée dans le temps, la quantité et la qualité. La maladie apparaît comme cité ci-dessus quand l’harmonie n’est plus respectée.

Ceci nous amène fin 2019 où l’épidémie du coronavirus commence…

Statistiques et témoignages

À l’heure actuelle, ces gélules ont été testées par 105 personnes.

  • 35 sont des professionnels de la santé (médecins, infirmières travaillant en première ligne à l’hôpital) parmi lesquels 12 ont été testés positifs au coronavirus tout en continuant à travailler. Ceux qui ne présentaient pas de symptômes, n’en présentent toujours pas. Ceux qui étaient positifs ont vu leur état s’améliorer.
  • 80 sont patients dont 10 ont été testés positifs au coronavirus et 2 avaient une pneumonie aiguë. Ces 2 derniers ont vu leur santé s’améliorer sans nécessiter d’hospitalisation.
  • 20 sont des professionnels de santé non hospitaliers en contact régulier avec des patients atteints. Aucun ne présente de symptômes.
  • Les autres ont été mis sous traitement préventif et ne présentent aucun symptôme, mais n’ont pas été testés faute de test disponible.

Témoignages:

Travaillant dans un milieu à risque, j’ai commencé à prendre des gélules à base d’huiles essentielles et d’autres mélanges de plantes prescrites par le Dr. Abi Chahine et ceci depuis le lundi 23/3 car je sentais un grand état grippal et une fatigue intense. Coronavirus ? autre état grippal ? j’avais peur d’attraper une pneumonie. Après plusieurs jours de traitement, mes symptômes ont commencé à s’améliorer. Je récupère petit à petit mon énergie. Le Dr. Abi Chahine m’a demandé également de diffuser des huiles essentielles à domicile afin de protéger ma famille. Suis ravie que je me sens mieux et que toute ma famille est restée saine et sauve.

V.T.

Dans la semaine du 23 mars et à ma demande, le Dr. Abi Chahine me reçoit dans son cabinet. Je souffre d’un cancer et je suis sous chimiothérapie. Je toussais fort et j’avais 38.5 de température. Je n’avais pas de difficultés respiratoires mais la toux me dérangeait beaucoup. Affaibli par la température et la chimiothérapie, le docteur me rassura car mes paramètres vitaux selon ses dires étaient bons. Je sors de son cabinet avec une ordonnance à base d’huiles essentielles et de mélange de plantes à prendre à raison de 2 gélules 3 fois par jour. Nous sommes le lundi 6 avril et je me sens mieux. Mon état ne s’est jamais dégradé et c’est le premier jour où je me sens vivre à nouveau. Merci.

C.M.

Je me suis présentée à la consultation d’Endobiogénie le mardi 24 mars. J’étais transpirante, à court d’haleine et je frissonnais. Je me sentais faible avec des douleurs partout dans le corps. Après un examen clinique approfondi et une suspicion d’infection à coronavirus, je sors de la consultation avec plusieurs ordonnances dont une à base de gélules composées d’huiles essentielles pour combattre le coronavirus. J’ai pris 6 gélules par jour. Mon état ne
s’est jamais dégradé. Je suis resté confiné chez moi en buvant des soupes, des tisanes et en diffusant des huiles essentielles. Je me sens mieux mais pas encore à 100% de mes capacités. Je récupère mes forces petit à petit et suis contente que je n’ai pas dû me présenter à l’hôpital.

C.L.

Références scientifiques

  • « Traité approfondi de phyto-aromathérapie »: Dr. Hervé Staub, Lily Bayer.
  • « La phytothérapie » se soigner par les plantes: Dr Jean Valnet.
  • « ABC de la phytothérapie dans les maladies infectieuses »: Dr Christian Duraffourd, Dr Jean Valnet, Dr J.-C. Lapraz.
  • La plante médicinale de la tradition à la science »: textes réunis et présentés par les Docteurs C. Duraffourd, J.-C. Lapraz et le Professeur R. Chemli.
  • « Cahiers de phytothérapie clinique »: les affections rhumatismales et les affections digestives. Édition Masson: Dr Christian Duraffourd, Dr L. d’Hervicourt, Dr J.-C. Lapraz.
  • « L’aromathérapie exactement »: encyclopédie de l’utilisation thérapeutique des extraits aromatiques: Pierre Franchomme, Roger Jollois, Daniel Pénoël.

Qui est le Dr Abi Chahine ?

Médecin spécialiste en médecine aiguë (Urgentiste), diplômé à l’Université de Liège, Belgique, le Dr. Charbel Abi Chahine, a travaillé avec Médecins sans frontières en Afrique, et servi dans divers services des urgences de 2003 à 2014. Avant cela, il a travaillé dans un service de chirurgie générale et orthopédique de 2000 à 2003.

Il se forme à l’endobiogénie (la médecine intégrative) et la phytothérapie clinique à Paris en 2012. Il exerce actuellement à Bruxelles comme médecin généraliste et est le Président de l’Institut Belge d’Endobiogénie et de Physiologie Intégrative (IBEPI).
Il enseigne l’Endobiogénie et la phyto-aromathérapie au sein du même Institut.

Laisser une réponse

− one = 1

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Minimum 4 characters