Depuis que je suis passée au tout naturel et au fait maison pour mes cheveux, et que j’ai entraîné dans la foulée mari et enfants (sauf l’ado qui fait encore de la résistance), j’ai vraiment réduit notre empreinte écologique. En effet les shampoings et démêlants liquides sont très polluants, aussi bien leur contenu que leur contenant.

La France est le leader mondial d’exportation de cosmétiques, mais rien qu’en France, il se vend en moyenne pour chaque minute écoulée (selon des chiffres officiels) :

  • 360 gels douche
  • 650 shampoings et après-shampoings
  • 120 produits de maquillage
  • 30 tubes de crème solaire…

Imaginez donc ce que cela fait à l’échelle mondiale, c’est un gâchis énorme car ces flacons sont le plus souvent non-réutilisables !

C’est cet impact écologique, ainsi que la santé de mes cheveux qui m’ont incité il y a près de 2 ans à passer au tout naturel et fait maison.

Connaître ses cheveux

Avant de se lancer dans une routine naturelle, il est important de connaître quelques données sur les cheveux : 

  • les cheveux ont un pH assez acide, de l’ordre de 3.5-4.5 (plus d’infos ici) et le cuir chevelu est également acide mais un peu moins, à 5.5.
  • Le sébum produit par votre cuir chevelu sert à protéger celui-ci des aggressions extérieures. Le fait de se peigner ou brosser sert à faire descendre le sébum sur les cheveux afin de les protéger. 
  • les colorations et les permanentes abîment forcément les cheveux à la longue, mêmes quand les premières sont naturelles.

L’autre chose à savoir c’est votre type de cheveux : cheveux secs, gras, cuir chevelu qui regraisse vite, cheveux cassants, cheveux fins ou épais. En connaissant bien vos cheveux vous serez capable de mieux choisir les plantes pour les laver et les nourrir. 

Moi j’avais le classique combiné : cheveux secs aux pointes et gras à la base. Mais c’est fini !

5 étapes pour changer sa routine capillaire de manière progressive

Quelle que soient la nature de vos cheveux, voici les 5 étapes que vous pouvez effectuer pour passer d’une routine polluante à une routine naturelle et zéro déchet. 

Etape 1 : la détox 

Nos cheveux sont tellement habitués au silicone et aux produits chimiques du commerce qu’ils ont besoin d’une pause avant de pouvoir passer au naturel. Cette étape n’est pas obligatoire mais elle permet de retrouver son cheveu vrai et d’observer son cuir chevelu. Regraisse-t-il vite, comment les pointes se dessèchent-elles, les cheveux sont-ils vite plats ou emmêlés ?

On conseille en général de ne pas se laver les cheveux pendant un mois. C’est le concept du « no-poo » (pas de poo, rien à voir avec les poux les rétifs à l’anglais). C’est dur !!

Moi j’ai tenu 3 semaines mais je travaillais et si ça avait été l’été ça aurait été plus facile pour moi. On peut continuer à se mouiller les cheveux et à bien les peigner ou les brosser pour faire descendre le sébum du cuir chevelu jusqu’aux pointes. 

Pendant cette période on peut aussi utiliser des shampoings secs qui vont absorber un peu le sébum excédentaire. Selon la couleur de vos cheveux utilisez au choix du talc, de l’argile, du bicarbonate de soude (avec modération) ou du cacao en poudre que vous saupoudrez sur votre cuir chevelu.

Le talc, meilleur shampoing sec pour absorber le sébum selon mes tests

Par la suite on espace les shampoings d’au moins une semaine. Je crois que c’est plus facile en été qu’en hiver et donc en climat chaud qu’en climat froid. Et puis cela dépend de votre cuir chevelu aussi, s’il regraisse très vite ou pas. Mais la règle est que moins on se lave les cheveux et meilleure est leur santé.

A noter que la santé ne se traduit pas forcément par la tête de vos cheveux (brillants et soyeux) mais plutôt par leur force, leur vitalité et le fait qu’ils ne soient ni trop secs ni trop gras. L’esthétique n’est pas toujours un gage de santé, puisque les shampoings industriels font souvent effet de cache-misère.

Etape 2 : fabriquer son shampoing maison 

Vous pouvez assez facilement faire vos propres produits de soin capillaire avec des ingrédients naturels. Le seul ingrédient qui n’est pas entièrement naturel est le tensioactif (SCI ou SLMI sont parmi les moins nocifs pour vous et la planète) et les recettes que je propose en contiennent le strict minimum pour quand même être efficace sans abuser du produit.

Shampoing solide à l’orange pour cheveux normaux à tendance grasse

Les bonnes proportions d’un shampoing solide

Le produit que vous allez le plus utiliser c’est le shampoing solide : bon marché, qui tient longtemps, pratique car il s’emporte facilement partout, vous pourrez décliner les recettes ci-dessous selon vos goûts et vos cheveux.

Comment choisir les ingrédients de son shampoing solide ?

En plus du tensioactif (SCI ou encore mieux SLMI, 2 tensioactifs à base d’huile de coco 100% biodégradables) qui permet de laver vos cheveux, de faire mousser le produit et donc de mieux répartir votre shampoing sur votre chevelure, les shampoings solides contiennent en général 2 à 4 ingrédients supplémentaires :

  • des poudres de plantes aux effets divers, fortifiant, démêlant, nourrissant, anti-bactérien, etc.
  • des huiles végétales qui ajoutent leurs effets aux poudres. Citons l’huile de brocoli, l’huile de moutarde ou encore l’huile de sapote comme huiles que l’on n’utilise quasiment que pour la beauté des cheveux.
  • des huiles essentielles qui renforcent les effets des produits ci-dessus (et qui accessoirement peuvent également sentir rudement bon). Toutes les HE sont en option. Voici une liste des huiles essentielles bonnes pour les cheveux
  • des hydrolats pour remplacer l’eau de votre mélange, là encore en option mais tant qu’à faire autant mettre toutes les chances de notre côté en terme d’efficacité. Voici une liste d’hydrolats bons pour les cheveux

Je me lave toujours les cheveux à l’eau froide ou tiède, jamais chaude car cela abîme le cheveu à force. Je finis mon shampoing par un rinçage au vinaigre ou par mon spray démêlant au vinaigre. Sans ça, la sensation du shampoing solide peut être un peu rêche sur les cheveux mouillés.

Etape 3 : fabriquer son démêlant maison

Je vous arrête tout de suite, l’effet hyper lissant du silicone de démêlant du commerce est difficile à retrouver en produits naturels. Mais ce n’est pas impossible, tout dépend un peu de la nature de votre cheveu.

Voici une recette de spray démêlant qui marche bien dans ma famille avec des longs cheveux assez fins et qui ont tendance à vite s’emmêler. Le secret c’est le dosage du vinaigre de cidre de pomme. Si vous ne mettez que ça il faudra un rinçage des cheveux obligatoire. Si vous diluez à 50% ou moins, alors un bon coup de peigne peut suffire, pas besoin de rincer.

Etape 4 : se peigner ou se brosser naturellement

La meilleure brosse ou le meilleur peigne c’est celui qu’on n’a pas besoin d’acheter, mais qu’on a toujours à disposition, c’est-à-dire les doigts ! Facile à dire quand on a une coupe en brosse, mais quand on a les cheveux très longs ou les cheveux crépus, ça devient vite mission impossible juste avec les doigts.

Privilégiez les brosses et peignes en matière naturelle et locale : bois ou bambou ou autre selon votre lieu d’habitation. On en trouve maintenant de plus en plus facilement en magasin bio. Moi je peigne d’abord aux doigts et ensuite au peigne africain. Si j’ai vraiment de méchants noeuds parce que cela fait plusieurs jours que je n’ai pas peigné mes cheveux (j’avoue ça m’arrive), alors je passe à une brosse en bois et poils de sanglier que j’ai depuis des siècles, mais qui a tendance à rendre les cheveux un peu électriques.

Si vous avez les cheveux longs, vous faciliterez votre coiffage en attachant vos cheveux la nuit sans les serrer trop forts.

Etape 5 : nourrir ses cheveux de temps en temps

Vous le savez, je suis une grande fan du moins c’est mieux, et c’est pareil pour la routine capillaire.

Si vraiment je vois que mes cheveux souffrent – chlore de la piscine, sel de la mer, sécheresse due au chauffage l’hiver, ou autre – je vais me faire un masque capillaire que je porte entre 30min et 2h avant de le rincer et de me laver les cheveux derrière.

En gros, ce sont les mêmes types d’ingrédients que pour le shampoing mais sans le tensioactif puisqu’il n’est pas question de laver mais de nourrir.

D’autres ingrédients sont également intéressants et on en a tous en cuisine :

  • le jaune d’oeuf (pour sa teneur en protéines et en bonnes graisses) ;
  • les fruits écrasés comme la banane ou l’avocat (pour leur teneur en vitamines et/ou en graisses) ;
  • le rhum (l’alcool a la propriété de resserrer les écailles du cheveu) ;
  • le gel de lin ( ou d’aloé vera) que l’on peut facilement faire soi-même. Faire son propre gel de lin.

Voilà vous connaissez mon secret. Depuis que je fais cette routine, mes cheveux ne sont jamais plus secs aux pointes, j’en perds aussi moins et ça m’enlève également une corvée de soin pendant la semaine. Que du bonheur !

Quelle est votre routine capillaire et avez-vous des astuces à partager ?

Laisser une réponse

7 + one =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Minimum 4 characters