Connaissez-vous le Ganoderme luisant ? Si son nom botanique (Ganoderma lucidum) ne vous dit rien, il est mieux connu sous le nom de Reishi en japonais ou Lingzhi en chinois. Connu de la pharmacopée chinoise depuis plus de 2000 ans, les propriétés de ce champignon en font un champion toutes catégories pour votre système immunitaire.

Un champignon bon pour votre santé

Depuis l’antiquité, ce champignon possède une réputation de premier ordre pour soigner les gens qui s’affaiblissent. Destiné autrefois uniquement aux empereurs et à la grande noblesse (il était surnommé le champignon de l’immortalité), les chinois ont de tous temps cherché à le cultiver en raison de sa rareté dans la nature. Mais il faut attendre les années 1970 avant que l’on puisse le cultiver en ferme. Et là, surprise ! Il s’avère que la variété agricole élevée sous serre pousse 3 à 4 fois plus vite que sa variante sauvage.

Si les Asiatiques de tous pays l’ont adoptés depuis longtemps, ce n’est qu’à partir des années 90 que les premières études scientifiques ont cherché à mieux comprendre les effets de cet étrange champignon.

Ce champignon est dit ligneux, car il pousse sur du bois mort ou grâce au bois, dont il a la couleur (de l’orangé au brun foncé, avec un bord plus clair). Son côté luisant (d’où son nom) lui donne l’aspect d’un bois qui aurait été verni, ce qui est assez joli à regarder comme à toucher. Son chapeau mesure de 4 à 20cm pour les plus gros, et sa forme arrondie est dites en forme de « reins ». Sa chair est mince et fibreuse, et une fois coupé il dégage une faible odeur. Il n’aime pas le froid et disparait pendant l’hiver, mais si on le sèche et le coupe en morceaux, il peut tenir des années avec toutes ses propriétés.

On le trouve surtout en Asie et surtout en élevage, mais on le trouve aussi en Europe (de juin à novembre) à même le sol et sur les racines des arbres feuillus y compris des fruitiers. Les amateurs de champignons le délaisse car il n’est pas bon à manger, son goût est amer et sa texture coriace. De plus, il existe de nombreuses variantes difficiles à distinguer les unes des autres. Pas facile à récolter
donc !

Le lingzhi en médecine chinoise

La médecine traditionnelle chinoise a toujours dit qu’il avait un tropisme (une relation) avec les organes suivants : Cœur, Foie, Poumons, mais aussi Reins et Rate (1). Il était utilisé pour :

  • tonifier le Cœur et calmer l’esprit (comprendre aider à s’endormir, chasser la fatigue et les palpitations)
  • réchauffer les Poumons (comprendre chasser la toux due au froid dans les poumons, les mucosités, l’asthme et la dyspnée)
  • nourrir le Sang (comprendre aide à la concentration, chasse le mal de dos et l’irritabilité).

Pour en savoir plus sur ses propriétés, il faut pouvoir consulter le Shennong Bencao Jing (classique des herbes et racines de Shennong), premier ouvrage de pharmacopée chinoise rédigé sous la période de la dynastie Han (-206 à + 220).

Les propriétés établies par la science moderne

  • Cardiovasculaire : les études ont pu constater les effets bénéfiques sur le cœur du Reishi qui a un effet inotrope positif (augmente la contractilité myocardique), baisse la tension artérielle et améliore la résistance du muscle cardiaque à l’hypoxie (manque d’oxygène). Il est donc parfait pour les personnes vieillissantes ou malades.
  • Antibiotique : l’activité anti-bactérienne du lingzhi inhibe la croissance de : Escherichia coli (E. coli), B. dysenterie, Pseudomonas spp., pneumocoque, streptocoque (type A), Staphylococcus… C’est donc un excellent antibiotique naturel, qui vient donner un sérieux coup de main au système immunitaire de votre corps.
  • Hépato-protecteur : c’est surtout ses effets sur le foie (et les poumons) qui ont fait l’unanimité des chercheurs. Il est réputé pour protéger le foie et empêcher qu’il soit endommagé par les toxines oxydantes. C’est donc un super antioxydant, ce qui en fait également un anti-inflammatoire.
  • Sédatif, analgésique : pour les insomniaques, on ne pense pas forcément à prendre des champignons chinois. On sait même qu’il peut être utilisé (en combinaison avec d’autres plantes) pour le sevrage de drogue, d’alcool et de tabac.
  • Antitussif et anti-asthmatique : il améliore l’oxygénation des poumons et l’évacuation des mucosités, ce qui aide les personnes qui souffrent de troubles respiratoires.
  • Anticancéreux : le lingzhi aurait un effet anticancéreux en raison de ses propriétés d’amélioration du système immunitaire. Cet effet inclut une augmentation des monocytes, des lymphocytes, des macrophages, des cytokines, des interleukines et des interférons (protéines produites par les cellules du système immunitaire). C’est notamment pour cette raison (partiellement confirmé par des études scientifiques (2)) que la demande à travers le monde a littéralement explosé.

Contre-indications

Ce champignon est contre-indiqué chez les patients ayant un début de maladie exopathique (trouble qui consiste à ne s’intéresser qu’à ce qui est ce qui en dehors de l’action, du lieu ou de la discussion qui est en cours).

Ne pas utiliser en grande quantité ou sur une longue période chez les patients ayant des calculs rénaux, ou du diabète, ou de l’hypertension à cause de l’acide oxalique. Boire beaucoup d’eau pour prévenir la formation d’oxalate.

Comment le consommer ?

Le plus simple est de l’acheter micronisé (3) en gélules, on le trouve partout sur internet. Mais fiez-vous à une marque connue et de préférence bio pour ne pas avoir un produit frelaté.

Ensuite, il suffit de prendre 1 à 2 gélules par jour au début d’un repas, avec un verre d’eau… et de vous souhaiter de vivre jusqu’à 100 ans au moins !

Références

(1) En médecine chinoise, on fait débuter les organes et autres tissus ou par une majuscule afin de les distinguer de leur version occidentale. Un organe en médecine chinoise est bien plus que l’ensemble de ses cellules, car il comporte aussi une direction de l’énergie, des fonctions diverses, la gestion d’une émotion et d’une fonction psychologique.
(2) Silva, Daniel. 2006. Ganoderma lucidum in cancer research. Leukemia Research 30(7):767-768 + Min BS, Gao JJ, Nakamura N, Hattori M. 2000. Triterpenes from the spores of Ganoderma lucidum and their cytotoxicity against Meth-A and LLC tumor cells. Chemical & Pharmaceutical Bulletin48(7):1026-1033.
(3) Action qui consiste à réduire en poudre un solide, avec des grains de 100 à 500 microns.

Laisser une réponse

+ 76 = seventy eight

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Minimum 4 characters