Quand on parle d’huiles essentielles ou d’hydrolats, on doit non seulement parler des propriétés de ces produits, mais également de leur posologie, c’est-à-dire de la manière dont ils s’utilisent. Et là, on entend dire beaucoup de choses et leur contraire !

J’ai donc voulu résumer dans cet article des conseils validés par des experts en aromathérapie, dont vous retrouverez les références en fin d’ouvrage.

Les huiles essentielles : comment les doser et où les appliquer ?

Je lis parfois qu’on ne doit jamais utiliser une huile essentielle pure et qu’il faut toujours la diluer dans de l’huile végétale pour qu’elle soit efficace et pour éviter des risques potentiels.

Cette affirmation est fausse et je vais vous expliquer pourquoi. Ceux qui affirment cela veulent bien faire, pour éviter des risques potentiels notamment, et aussi que l’on ne puisse se retourner contre eux en cas de réaction allergique par exemple.

Pur ou dilué : les deux, mon commandant

Les huiles essentielles, tout comme les médicaments, sont des produits très puissants. Une huile essentielle c’est en moyenne la puissance d’une plante entière multipliée par 100 ! Chaque huile essentielle demande des précautions particulières et certaines, bien sûr, ne s’utilisent jamais pures car elles seraient dermocaustiques (irritantes pour la peau). C’est le cas de l’origan, du basilic tropical ou de la cannelle par exemple.

Chaque huile essentielle a sa propre posologie

D’autres huiles essentielles au contraire, très inoffensives pour la peau, peuvent être appliquées pures dans des conditions particulières, et à partir d’un âge ou d’un poids qui variera en fonction des huiles.

Le tea tree, la lavande officinale, le ravintsara, la camomille romaine ou encore l’eucalyptus radié sont des huiles essentielles qui peuvent être appliquées pures par exemple dès l’âge de 6 ans.

La seule exception c’est dans le cas des muqueuses, où l’on n’appliquera jamais d’huiles essentielles pures, pour ne pas les irriter mais aussi pour la raison que j’explique ci-dessous. Il est faux par exemple de dire que l’on ne peut appliquer d’huiles essentielles sur les muqueuses comme je l’ai lu sur certains blogs d’aromathérapeutes. Il existe des traitements d’aromatologues experts (Michel Faucon, Dr Franchomme, Dr Festy) qui impliquent d’appliquer des huiles essentielles diluées dans des huiles végétales dans le vagin, l’anus, la bouche ou encore le nez.

Les yeux par contre font l’objet d’une interdiction absolue et on préférera dans tous les cas l’usage d’un hydrolat à une huile essentielle dans ces zones très sensibles , à moins d’une maladie sérieuse à traiter, mais toujours sous la supervision d’un ou une expert.

L’efficacité d’une huile essentielle est-elle plus grande ou plus faible si elle est diluée ? Selon plusieurs aromatologues, cela dépendra un peu de ce que vous traitez. Pour un traitement de crise en surface, une application pure peut être plus intéressante qu’une application diluée. Une goutte d’huile essentielle d’hélichryse italienne viendra plus vite à bout d’un bleu que cette même goutte diluée dans une huile végétale, sauf si cette huile végétale ajoute elle aussi des propriétés intéressantes pour la guérison.

Si par contre, vous voulez faire passer plus vite les principes actifs contenus dans l’huile essentielle dans le sang, alors optez toujours pour une dilution. Les proportions exactes de cette dilution dépendent de votre objectif : cosmétique ou thérapeutique. J’ai compilé ces dosages dans un tableau très pratique.

Comme vous le voyez, il n’y a pas de réponse simple en aromathérapie. La réponse va dépendre :

  • de l’huile essentielle utilisée
  • de la zone à traiter (attention aux muqueuses)
  • de l’application que vous allez en faire, cosmétique ou thérapeutique
  • de la taille de la zone à traiter (si elle est grande on dilue car sinon, ça coûte bonbon !)
  • enfin, des symptômes ou de la maladie que vous traitez.

Où appliquer les huiles essentielles et pourquoi ?

Mis à part les cas d’applications locales pour problèmes liés à un endroit précis du corps (bleu, crampe musculaire, problème digestif, allergie cutanée etc.), on appliquera les huiles essentielles pour traiter le terrain ou pour leurs effets sur l’ensemble du corps ou de l’esprit dans 5 endroits bien spécifiques :

Bien situer le plexus solaire
  • Le plexus solaire est le croisement de nombreuses terminaisons nerveuses, et sert notamment de centre nerveux pour le système nerveux autonome, celui qui commande notre sytème digestif. C’est aussi le siège du nerf vague, et c’est lui qu’on masse lorsque l’on s’attaque à des troubles psycho-émotionnels.
  • L’intérieur des poignets est une zone où les huiles essentielles pénètrent très vite dans le système sanguin du fait de l’affleurement de nombreux vaisseaux capillaires et d’une peau très fine. C’est l’endroit idéal pour poser des huiles essentielles qu’on va vouloir sentir tout au long de la journée et pour stimuler diverses fonctions d’élimination et de renforcement de nos organes.
  • Deux autres zones similaires dans notre corps sont l’arrière des oreilles (là où on pose une goutte de parfum) et la plante des pieds (là où nos grands-parents mettaient du baume du tigre ou du Vicks en cas de rhume).
  • Le long de la colonne vertébrale, et en particulier au niveau des reins, est un bon endroit pour masser des huiles essentielles qui viendront soutenir notre système immunitaire et le renforcer.

Toutes ces zones peuvent être mises à profit en fonction de ce que vous cherchez à soigner.

Les hydrolats aromatiques : comment les doser et où les appliquer ?

Huile essentielle sur le dessus, hydrolat en-dessous

Peut-être connaissiez-vous certaines des règles ci-dessus si vous pratiquez aussi l’aromathérapie ou utilisez les huiles essentielles dans vos soins naturels ou vos cosmétiques.

Il est plus rare de trouver des informations fiables au sujet des hydrolats aromatiques, qui sont le déchet pour ainsi dire de la distillation des huiles essentielles (pas dans tous les cas, car il existe des plantes qu’on distille uniquement pour avoir de l’hydrolat).

Découvrez ce que sont réellement les hydrolats dans cet article.

Plutôt dilué que pur pour les hydrolats

Dans sa somme sur les hydrolats (Traité d’aromathérapie scientifique et médicale : les hydrolats) Michel Faucon explique que des études scientifiques ont montré que certains hydrolats étaient plus efficaces dilués que purs.

Il est bon de se souvenir que les hydrolats sont des correcteurs de terrain et n’ont à ce jour aucune contre-indication, ce qui en fait un remède idéal pour les femmes enceintes et allaitantes ainsi que pour les bébés.

Dans l’état actuel des connaissances sur les hydrolats, il est difficile de faire des affirmations catégoriques, mais voici ce que propose la plupart des aromathérapeutes sérieux :

  • les hydrolats sont des produits qui peuvent se révéler assez acides en pH, il sera alors bon de les diluer par précaution à 1/2 HA et 1/2 eau pure (de source dans l’idéal).
  • les hydrolats à appliquer sur le visage, les plaies ou les muqueuses mériteront d’être dilués par précaution, d’autant plus que certains ont montré une plus grande efficacité dilués (comme le bleuet par exemple).

Où appliquer les hydrolats et pourquoi ?

Les hydrolats connaissent deux modes principaux d’application :

  • par voie interne (1 cuillère à soupe diluée dans de l’eau en général), ou
  • par voie externe (quelques pschits de vaporisateur, pur ou dilué selon les cas).

Leur application étant totalement inoffensive, on peut même les utiliser dans les yeux (dilué à 1/2) ce qui sera très pratique pour soigner une conjonctivite par exemple. L’application externe dépendra de ce que vous voulez traiter (les cheveux, la peau, les dents…).

Voilà ! J’espère que cet article vous aura été utile et qu’il vous permettra un usage plus prudent et plus avisé des produits d’aromathérapie. Quant aux huiles végétales, elles ne connaissent aucun problème de dosage ou d’usage, elles sont tellement polyvalentes et on n’en fera jamais vraiment d’overdose – à moins d’aimer manger du gras :-).

Références sur le dosage et l’usage des huiles essentielles et des hydrolats aromatiques :

  • Dominique Baudoux, L’aromathérapie – Se soigner par les huiles essentielles
  • Michel Faucon, Traite d’aromathérapie scientifique et médicale. Les huiles essentielles
  • Michel Faucon, Traite d’aromathérapie scientifique et médicale. Les hydrolats
  • Danièle Festy, Ma bible des huiles essentielles
  • Pierre Franchomme, L’aromathérapie exactement.

Laisser une réponse

sixty seven − = fifty eight

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Minimum 4 characters